Menu Fermer

Un rhum arrangé en suspension, le rhum 44

Le rhum 44 en suspension est devenu depuis quelques années l’un des rhums les plus partagés sur les réseaux sociaux. Le fait d’avoir l’orange en suspension a à la fois un effet visuel très accrocheur et cela interroge aussi beaucoup les amateurs qui veulent savoir comment le fruit peut macéré dans le rhum sans y être plongé.

Mais alors, pourquoi suspendre le fruit au-dessus du rhum ?

Ma rencontre avec le rhum 44 !

Comme tous les amateurs un peu curieux dans l’univers du rhum arrangé, je suis tombé plusieurs fois sur des photos de ces rhums avec le fruit en suspension. Il y a même un restaurant à la réunion qui en est spécialiste et c’est impressionnant de voir tous ces bocaux en suspension.

D’autre part, la recette du rhum 44 n’est pas quelque chose d’inconnu pour moi. J’ai des origines normandes et là-bas, le 44 (parce que cela s’appelle le 44 tout court en Normandie) se fait avec du Calvados et l’orange est immergée dans le calva.

Le nom de cette recette, 44 est en rapport avec les ingrédients de la recette qui est normalement 44 grains de café planté dans une orange, 44 morceaux de sucre et 44 jours de macération. Il est possible d’ajouter quelques épices supplémentaires, même dans la recette originale.

De la curiosité, une recette bien connue, je ne pouvais pas passer à côté.

Voilà donc pourquoi je me suis décidé à faire cette recette.

Pourquoi faire une macération en suspension ?

L’idée de faire ce rhum 44 en suspension était aussi de tester cette technique en macération en suspension.

Quand on ne connaît pas le processus, c’est assez étonnant de se dire que le fruit macère dans le rhum alors qu’il ne le touche même pas.

Comment le rhum peut-il entrer en contact avec le fruit et en récupérer les arômes et même changer de couleur ?

La macération se fait par la vapeur d’alcool.

De manière constante, l’alcool se transforme naturellement en vapeur. Si le bocal était ouvert, il s’échapperait, mais là il est retenu. Il est retenu et baigne dans l’air qui est autour du fruit qui est en suspension. Avec l’accumulation d’alcool en vapeur autour du fruit, une partie va se poser dessus et se transformer en gouttelette par accumulation. Quand une certaine quantité de rhum s’est accumulée sur le fruit, il a eu le temps de s’imprégner de son arôme et il va doucement retomber dans le rhum.

C’est une macération bien plus longue que la normale, mais bien plus fine également.

Un gros avantage de cette technique avec les agrumes, c’est que l’amertume ne se retrouve pas dans le rhum. On n’a pas besoin d’enlever le blanc.

Pour mettre le fruit en suspension, il y a plusieurs techniques. Personnellement, j’ai utilisé du fil alimentaire que j’ai fixé grâce au couvercle du bocal. Mais on peut aussi utiliser un filet, ou encore des bâtonnets qui vont tenir le fruit en trempant dans le rhum.

Je n’aime pas cette dernière technique. Même avec des bâtons des plus neutres, cela reste une macération longue de bout de bois dans le rhum. Je ne veux pas de boisé dans cette recette et encore moins de tous les éléments comme la colle qui peut être utilisée à sa confection.

C’est un peu compliqué au niveau de la pose, mais le résultat est vraiment sympa avec des fils.

Est-ce que le fruit ne pourrit pas au bout d’un moment ?

C’est une question que l’on me pose très souvent et la réponse est non.

Avec cette méthode, la partie qui est à l’air est en permanence emplie d’alcool et cet alcool agit comme un conservateur sur le fruit.

Alors le fruit va un peu rapetisser et prendre une couleur un peu plus terne avec le temps. Mais il ne va pas pourrir. Il n’y a aucun risque de ce côté-là. Même si vous ouvrez régulièrement le bocal pour en boire un peu.

Caractéristiques rhum 44

Type de rhum

C’est un rhum arrangé à l’orange.

La bouteille

Il faut pour cette recette un récipient assez grand pour contenir à la fois une bonne quantité de rhum et le fruit en suspension sans qu’il ne touche la surface du rhum.

J’ai choisi un bocal très simple, mais aussi très pratique pour toutes ces particularités. Il est haut et avec une ouverture large. Cela facilite la mise en bouteille de l’orange.

La recette

La recette est des plus simple :

  •  1 litre de Rhum agricole à 55° ;
  • Une orange bio ;
  •  44 grains de café ;
  •  2 clous de girofle.
Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Les rhums de mélasse sont-ils tous sucrés ?

Les points particuliers de la préparation :

  • Planter les 44 grains de café et les 2 clous de girofle dans l’orange ;

  • Lettre l’orange en suspension au-dessus de la surface du rhum.

La macération

La macération en suspension est très longue. Il est possible de commencer à déguster à partir de 3 mois de macération, mais il est préférable d’attendre de 6 à 12 mois minimum. Et bien entendu, plus on attend, meilleur c’est.

Le prix de revient de la recette

  • 1 litre de rhum à 15 euros le litre ;

  • Une orange bio, 50 centimes ;

  • 44 grains de café et deux clous de girofle, 1 euro.

Même pas 17 euros pour cette sublime recette. Oui, elle demande beaucoup de patience, mais le rapport qualité-prix est extraordinaire.

Originalité de la recette

Malgré l’originalité qu’elle peut susciter auprès des personnes qui découvrent cette méthode, cela reste une recette très connue.

Degré d’alcool

Il est certainement à près de 55 degrés d’alcool. Pas de sucre dans la préparation ni de dilution quelconque, donc toute la puissance du rhum est gardée.

C’est ma préférence, vous pouvez si vous le souhaitez ajouter du sucre. Je vous recommande d’utiliser du sirop de batterie ou du sirop d’agave si vous souhaitez garder cette belle couleur. Le degré d’alcool en sera alors affaibli.

Vieillissement

Pas de vieillissement pour ce rhum. Macération dans un bocal en verre et c’est du rhum blanc agricole.

La couleur

Il a une belle robe orange caramel assez claire et d’une belle limpidité. C’est aussi pour cela que j’aime cette technique, il n’y a aucun dépôt dans le rhum.

La dégustation

Arômes

Orange, canne fraîche, clou de girofle, café, poivré.

Le nez

Au nez, c’est un sublime arôme d’orange qui m’emplit le nez. C’est une huile essentielle d’orange sans une once d’amertume. C’est un pur plaisir que de déguster ce parfum. La canne fraîche a gardé toute sa puissance et développe avec ses esters le parfum de zeste d’orange qui emplit la pièce. Il y a aussi quelques notes de clou de girofle. Mais cela reste léger. Je ne perçois pas le café.

En comparaison de mes shrubb, ce rhum a une aromatique sur l’orange infiniment plus plaisante.

C’est cette essence de fruit que j’aurais aimé avoir avec la macération de l’ananas. Une macération en suspension d’un ananas pourrait être aussi une idée intéressante.

Contraste entre le nez et la bouche

Il n’y a pas de contraste entre le nez et la bouche. On est simplement sur l’orange du début à la fin. Juste parfait.

La bouche

En bouche, l’orange est explosive. Les esters qui n’ont rien perdu de cette macération emplissent la bouche et imprègnent le palais de cet arôme d’orange. Il y a une petite amertume en fin de bouche, mais c’est l’amertume classique et plaisante du HSE 55 qui nous entraîne dans sa finale. Un superbe mariage entre la canne fraîche et l’orange.

La finale

La finale est presque à l’identique de la finale du HSE 55. Elle est assez longue et plaisante. Il y a aussi de petites notes d’orange qui persiste avec la finale. Des petites notes qui viennent perler du palais.

Retrouve-t-on les arômes de la macération ?

Ce rhum arrangé est exactement ce que j’en attendais. Il manque un peu d’expression du café, mais c’est juste parfait sur l’orange. J’adore.

Mode de dégustation idéal

C’est un rhum que je recommande de boire seul. Il est tellement bon, qu’il serait dommage de diminuer ce parfum d’orange par quelque mélange que ce soit.

Mon plaisir à la dégustation

J’ai donc adoré faire cette dégustation d’un arrangé qui est parfaitement réussit et comme je les aime. L’expression d’une aromatique fruité bien particulière sans cassé toute la beauté du rhum utilisé pour sa confection. Comme je l’ai déjà dit, le parfait mariage.

La note

  • La bouteille : 4/5

  • Difficulté de la recette : 5/5

  • Originalité : 2/5

  • La couleur : 5/5

  • Le nez : 19/20

  • Le contraste entre le nez et la bouche : 8/10

  • La bouche : 17/20

  • La finale : 9/10

  • Retrouve-t-on les arômes de la macération : 9/10

  • Mon plaisir à la dégustation : 10/10

La note globale de ce rhum est donc de 88 sur 100.

Conclusion

Ce rhum arrangé rejoint mes recettes les plus réussies. Il n’y en a pas encore beaucoup, mais ce sont des recettes qui ont la particularité de sublimer à la fois le rhum et les ingrédients de la macération. Si vous êtes intéressé par ces autres recettes, je vous invite à aller lire mes articles sur le rhum arrangé jus jaune et celui au thé 1, 2, 3 par’thés.

Et vous, comment doit être votre rhum arrangé pour être parfait ?

Si vous avez aimé cet article, partagez-le sur Facebook ou Tweeter, cela m’aide beaucoup?. Et si vous trouvez que je dis de la merde, surtout ne faites rien, vous risqueriez de me faire de la pub involontairement?.

N’oubliez pas qu’un rhum partagé est un plaisir décuplé.

Mais que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Spread the love

3 Comments

  1. Mathieu

    Bonjour,

    je suis décidé, je vais me lancer! Cependant je veux partir sur une recette avec 3L de HSE, j’ai une fontaine de 4L.
    Question, est-ce qu’une orange suffit ou j’adapte la recette et dans ce cas je dois en mettre 3 ?

    • Régis Lapeze

      La quantité en rhum n’est pas le plus important, mais surtout que l’orange ne touche pas le rhum.

      Effectivement, pour 3 litres de rhum, il serait intéressant de mettre 2 oranges. Mais en laissant le temps, même avec une orange, tu auras un arômes très bien développé dans le rhum.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Fatal error: Uncaught JSMin_UnterminatedStringException: JSMin: Unterminated String at byte 496: ";path=<br /> in /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php:214 Stack trace: #0 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php(152): JSMin->action(1) #1 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php(86): JSMin->min() #2 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/autoptimizeSpeedupper.php(38): JSMin::minify('try{\n (funct...') #3 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/class-wp-hook.php(303): autoptimizeSpeedupper->js_snippetcacher('try{\n (funct...', '') #4 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/plugin.php(189): WP_Hook->apply_filters('try{\n (funct...', Array) #5 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/autoptimizeScripts.php(538): apply_filters('autoptimize_js_...', 'try{\n (funct...', '') #6 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/autoptimizeMain.php(534): autoptimizeScripts->minify() #7 [internal function]: autoptimizeMain->end_buffering('<!doctype html>...', 9) #8 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/functions.php(5107): ob_end_flush() #9 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/class-wp-hook.php(303): wp_ob_end_flush_all('') #10 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/class-wp-hook.php(327): WP_Hook->apply_filters('', Array) #11 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/plugin.php(470): WP_Hook->do_action(Array) #12 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/load.php(1097): do_action('shutdown') #13 [internal function]: shutdown_action_hook() #14 {main} thrown in /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php on line 214