Menu Fermer

Pourquoi faire des soirées dégustation ? [173/365]

Vous connaissez certainement les initiations à l’œnologie dans le vin. Et bien il est également possible de découvrir des rhums lors de soirées dégustation.

Qu’est-ce qu’une soirée dégustation de rhum ?

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de soirée dégustation. Vous ne savez pas ce que c’est. Alors avant de savoir pourquoi il faut faire des soirées dégustation, je vais vous faire une petite définition.

Une soirée dégustation est une soirée au cours de laquelle vous allez rejoindre d’autres personnes qui veulent en apprendre plus sur le rhum dans un lieu défini. Durant la soirée, vous aurez l’occasion de déguster plusieurs rhums et comme vous serez avec d’autres personnes, cela vous permettra de comparer votre ressenti sur la dégustation avec ces personnes.

C’est une forme de découverte du rhum qui est conviviale. Il y a plusieurs formes de soirées de dégustation que je vais vous les détailler un peu plus loin.

Pourquoi je vous parle de soirée dégustation ?

Cela fait maintenant presque un an que je me suis plongé dans l’univers du rhum avec passion et durant ce temps, j’ai participé à de nombreuses soirées dégustation.

J’ai eu l’occasion de découvrir différentes formes de soirées dégustation auxquelles je ne m’attendais pas.

J’ai participé dernièrement à une soirée dégustation organisée par Yann des Compagnons du rhum. J’avais déjà l’intention d’en faire un article pour partager mes découvertes de ce soir-là. Mais en y réfléchissant, en me remémorant mes précédentes soirées dégustation, j’ai pensé à vous convaincre qu’il vous faut aussi faire des soirées dégustation.

Cette superbe découverte des rhums des Frères de la Côte Tres Hombres est donc la moelle de cet article où je vais vous expliquer ce que sont les soirées dégustations, leurs différentes formes et ce que l’on en retire.

Yann nous a pondu la meilleure soirée dégustation que j’ai pu faire. J’ai aimé toutes les soirées dégustation que j’ai pu faire, car j’ai beaucoup appris à chaque fois. Mais Yann nous a vraiment pris la main pour nous offrir la meilleure expérience possible. Une soirée conviviale avec un très bon repas et la découverte de rhums exceptionnels. Que du bonheur.

C’est cette soirée qui m’a inspiré la forme de cet article. Car Yann mixe à la fois le côté formel et convivial que peuvent avoir certains types de soirées. On apprend beaucoup et on prend beaucoup de plaisir à partager.

Les formes de soirées dégustation

Bon ce sont des noms un peu classiques, mais en même temps personne ne cherche à distinguer les différents types de soirées dégustation. Donc, si vous avez de meilleures dénominations n’hésitez pas à me faire signe ?.

J’ai déterminé 3 types de soirées dégustations différentes :

  • Les soirées MasterClass ;

  • les soirées festives ;

  • Les soirées MasterClass festives.

Les soirées MasterClass

Comme son nom l’indique, on assiste à la classe d’un maître. C’est peut-être la soirée de dégustation la plus classique et que l’on retrouve le plus souvent. Dans les salons de dégustation, c’est des MasterClass qui sont proposées aux visiteurs. C’est d’ailleurs souvent l’occasion d’avoir le retour d’expérience de grands noms dans le rhum comme des maîtres de chai, des embouteilleurs, etc.

Comment se déroule une MasterClass ?

Vous pouvez simplement imaginer une salle de classe avec des tables en rend devant l’estrade du Maître ou plus intimiste avec une table centrale et tout le monde autour, même le maître.

Le maître de classe (ou maître de conférences) est très souvent soit l’organisateur de la soirée soit un ambassadeur d’une marque.

L’organisateur est un passionné, souvent le rhum est son métier (vendeur, journaliste, etc.) et il va présenter le rhum sous une thématique comme une initiation, un type de rhum (blanc ou vieux, agricole ou anglais). Le but est de vous faire évoluer dans votre connaissance de l’univers du rhum.

L’ambassadeur est également un passionné, mais il représente une marque de rhum. Il va donc vous présenter cette marque, son histoire, ses valeurs et ce qu’elle veut transmettre à travers ses rhums.

Enfin, les explications du maître sont agrémentées de dégustations de rhums sélectionnés par ses soins. Ces rhums sont là pour illustrer ses propos. Il peut vous faire chercher des saveurs particulières ou vous apprendre à l’apprécier d’une façon particulière. L’essentiel est toujours de rechercher le plaisir gustatif.

Deux bons exemples de soirées MasterClass, ce sont les soirées chez Christian de Montaguère (la toute première soirée dégustation que j’ai pu faire) dont le maître est souvent Jerry Gitany et chez Excellence Rhum qui fait toujours venir un ambassadeur pour présenter une maque de rhum en particulier.

Les soirées festives

Les soirées festives peuvent paraître un peu chaotiques au premier abord, car c’est à la bonne franquette. Il n’y a pas de maître de classe ni d’ambassadeur. Il n’y a que l’organisateur qui se prête parfaitement à expliquer chaque rhum qu’il est possible de déguster dans la soirée, mais il ne parle pas pour l’ensemble des convives. Il tourne entre les groupes de la soirée.

Il y a une série de rhums qui sont proposés à la dégustation. Il n’y a pas nécessairement de fil conducteur. On peut déguster les rhums dans l’ordre que l’on veut.

Comme il n’y a pas de formalisme particulier, des groupes se forment naturellement pour discuter des rhums dégustés. Les gens tournent éventuellement d’un groupe à l’autre.

Dans ces soirées, on se fait son propre avis sur les rhums que l’on déguste et l’on compare ses impressions avec les autres convives.

C’est un peu comme une soirée entre amis.

Un bon exemple de ce type de soirées, ce sont les soirées dégustation de Rhum Attitude. Je les aime beaucoup, car il y a un vrai choix de rhum à la dégustation, généralement plus d’une dizaine, la découverte est assurée.

Les soirées MasterClass festives

Ce type de soirée est un mixe des deux premières. C’est assez complexe à organiser, mais quand c’est bien fait, cela donne vraiment une super belle soirée pleine de partage et très instructive en plus.

Bien entendu, il y a un master. C’est souvent un ambassadeur, car l’organisateur a trop de choses à gérer pour également faire la classe.

L’idéale est que ce soit avec un repas servi en même temps que l’on déguste les rhums et s’il y a accord entre les mets et le rhum, c’est le nec plus ultra.

Comme dans une soirée festive, on se regroupe entre amateurs pour discuter des rhums que l’on déguste. Et entre chaque service d’un rhum, l’ambassadeur vient présenter le suivant. On a donc à la fois la MasterClass et la convivialité d’apprécier le rhum entre nous.

La soirée que je vous présente en illustration de cet article est une soirée MasterClass festive. Elle a été organisée par Yann qui est l’administrateur du groupe Facebook les Compagnons du rhum. Il se défonce pour offrir à sa communauté des événements qui soient des plus intéressants. Il a commencé avec les rhums Longueteau et la Compagnie des Indes. Deux soirées mémorables où j’ai autant appris que j’ai pris de plaisir à partager mes découvertes avec les autres amateur. Cette dernière soirée avec les Frères de la Côte Tres Hombres a été des plus réussies. Yann nous a organisé une soirée mémorable et cela a dû demander un sacré travail, chapeau bas.

L’ambassadeur de la soirée était François Mangin qui est un des capitaines du Tres Hombres. C’est super de pouvoir avoir une présentation de ces rhums par François, car il n’a pas beaucoup l’occasion de sortir de son quotidien et c’est très loin d’être une personne connectée?. Il nous explique comment il négocie les fûts auprès des distilleries, comment il peut faire des découvertes dans les ports d’escales du Tres Hombres. Cela a quelque chose de magique de rencontrer un tel passionné.

Et si les soirées de dégustation étaient des personnages de Friends

Ross pour les soirées MasterClass. Joey pour les soirées festives et Monica pour les soirées MasterClass festives.

Ross pour les MasterClass, Ross est sérieux et dès que l’on aborde sa passion, il est difficile de l’arrêter de parler. On est autour de lui et on l’écoute. Chaque question que l’on peut lui poser n’est qu’une occasion pour lui de parler encore plus de sa passion. Il est comme l’ambassadeur d’une MasterClass.

Joey, lui est dans l’improvisation complète. L’essentiel est de passer du bon temps, peu importe la manière. Il aime faire la fête. Il va donc préparer juste ce qu’il faut, une salle, la boisson pour mettre l’ambiance et un peu de musique. Les gens feront le reste. Il est parfait pour organiser des soirées festives.

Monica, elle est un peu fofolle, mais c’est également une passionnée. Elle aime la bonne cuisine. Elle veut donc que ses convives prennent plaisir à se restaurer en même temps qu’ils font la fête parce qu’il faut aussi qu’il ait de l’ambiance pour elle. Elle se voit en chef d’orchestre. Elle va organiser la soirée dans ses moindres détails. Et pendant la soirée, elle va tourner autour de ses convives pour discuter avec eux. Elle fait des MasterClass festives.

Un line up pour une soirée de dégustation

Une soirée de dégustation ne peut pas se faire sans un line up. Le line up (ou composition de l’équipe) est la série de rhums qui vont être dégustés dans la soirée.

Lors de cette soirée Tres Hombres, nous avons eu l’occasion de découvrir une bière et 7 rhums, rien que ça. Des rhums ayant tous bénéficié d’un vieillissement dynamique à bord du Tres Hombres et certain ayant été monté à bord à la traditionnelle en passant par la plage et jusqu’au bateau poussé à la nage. À chaque fois que je lis un article sur Tres Hombres, je me prends à rêver de vivre une telle aventure.

La bière Piratix

Bah oui, on a commencé la soirée avec une bière qui est venue pirater une soirée de dégustation sur le rhum. Ce sacré Florent Mairot sait très bien défendre sa bière. Il fait aussi des rhums, les Ron Altess, mais il était là pour présenter ses bières maturées en fût de rhum.

J’adore discuter avec Florent, c’est un passionné. J’ai déjà prévu de faire une interview avec lui. Cela viendra dans le premier semestre de cette année, j’espère.

Nous avons donc dégusté la Bière Piratix pour ouvrir le bal de cette soirée. Une bière maturée en fut de rhum vieux 10 ans d’âge de la distillerie Foursquare.

Petite confidence, tout comme pour les whiskys de malt et bien je n’aime pas la bière. Mais pour être honnête, j’ai bien apprécié celle-ci. Elle a un superbe fruité qui m’a étonné.

Je vous la recommande.

La Palma Fuerte 10 ans 43°

C’est là un rhum bien étonnant qui nous vient de la Palma. On pourrait s’attendre à un rhum de type hispanique, mais c’est bien un rhum pur jus de canne. Le vieillissement dynamique sur le Tres Hombres lui a apporté une belle aromatique iodée.

Au nez, il est assez doux avec des esters cuivrés et légèrement gourmands. C’est fou ce que l’on sent que cela a été distillé en colonne en cuivre. Il y a un fruité confit, il y a de l’orange épicée. C’est légèrement sucré, mais pas liquoreux. Il y a des notes de cacao et le boisé est léger. On sent également le passage en mer, il y a un côté iodé bien marqué et même salin. Cela change beaucoup l’aromatique générale et c’est étonnant.

En bouche, il est assez huileux. Les esters semblent plutôt doux au premier abord, mais ils prennent assez vite de la puissance et prennent la bouche avec un sacré piquant. C’est peu sucré, cela semble presque sec. Il y a tout de même une belle gourmandise avec du caramel, de la réglisse, de l’anis et du cacao. On sent tout de même que c’est un pur jus de canne.

C’est un rhum étonnant et un sacré démarrage pour cette soirée de découverte des rhums des Frères de la Côte.

lire la note de dégustation du La Palma Fuerte.

Old Barbados 12 ans 41°

Pour le deuxième rhum, nous avons fait escale à la Barbade pour découvrir un rhum de la distillerie Foursquare.

Au nez, les esters sont doux et gourmands. Une chose est sûre, nous sommes bien sur un Foursquare. Il y a une très belle aromatique sur un caramel mêlé de cacao et de coco, mais pas seulement. Il y a un tout petit côté iodé. C’est faible. Mais je décèle bien quelque chose de différent des précédents Foursquare que j’ai pu déguster. C’est aussi joliment épicé avec de la cannelle, de la muscade et une légère pointe de poivre qui apporte un petit piquant.

En bouche, il est huileux, rond et doux. Les esters ne sont pas agressifs et prennent doucement toute la bouche avec un petit piquant. C’est délicieusement gourmand sur une aromatique principalement sur le caramel et le cacao. Il y a aussi des épices et un petit poivré qui arrive pour la finale. On trouvera également un peu de réglisse.

Ce n’est pas le meilleur Foursquare que j’ai pu déguster, mais il est vraiment bien plaisant.

Lire la note de dégustation du Old Barbados 12 ans.

Les personnes qui ont lu cet article ont aussi lu :  Le Ti’punch – Longueteau parcellaire n°4 [102/365]

Republica Dominicana 18 ans 42°

Après la Barbade, retour sur une île hispanique avec la République Dominicaine.

Au nez, il est tout de suite sur une belle gourmandise. Les esters sont légèrement agressifs, plutôt intéressants pour un rhum de 42°. L’aromatique est sur un superbe caramel avec un peu de cacao et de vanille. Le bois est également bien présent avec un léger toasté. C’est également épicé avec de la cannelle et de la muscade. Contrairement à d’autres rhums de chez Tres Hombres, le côté iodé est bien plus léger et se confond avec quelques notes de réglisse.

En bouche, il est empli d’une belle gourmandise, il est gras et suave. Les esters sont assez doux et viennent avec lenteur pour prendre toute la bouche. Ils déposent une aromatique très forte sur le caramel avec un cacao bien toasté. C’est aussi accompagné d’un petit piquant bien agréable. Avec les gorgées suivantes, le caramel laisse place à un cacao épicé empreint d’une belle fraîcheur. Il y a aussi de la coco, de la cannelle, du girofle et une légère aromatique mentholée qui donne cette fraîcheur.

Un côté iodé plus léger que dans les précédents rhums, mais tout de même un rhum avec une magnifique aromatique.

New Hispaniola 62,9°

Nous restons en République Dominicaine, mais avec un rhum brut de fût pour exprimer son aromatique avec force et justesse.

Au nez, les esters sont tout de suite présents, plutôt agressifs, mais tout de même accompagnés d’une petite gourmandise. L’aromatique est sur un superbe boisé légèrement toasté et emprunt d’une superbe fraîcheur apporté par les esters. Il y a aussi de beaux arômes sur le miel de thym. C’est superbement épicé. La cannelle est légère, il y a surtout des épices bien piquantes avec de la coriandre, du girofle et du gingembre. Il y a aussi des notes d’amande fraîche.

En bouche, on a l’impression de manger un bonbon au caramel qui contenait un alcool fort en son coeur. L’entrée en bouche est douce et gourmande, mais dès que l’on croque dedans, l’alcool prend avec force toute la bouche. C’est une aromatique boisé toasté puissante et avec des épices bien piquantes. Il y a du caramel qui se porte vers le café avec le taosté et de légères notes de miel. C’est puissant, mais surtout d’une très belle gourmandise.

L’entrée dans les rhums bruts de fût est comme un choc, mais il apporte vraiment un plaisir pur. C’est magnifique.

Vieux Barbades Porto 63,3°

Retour à la Barbade pour un nouveau rhum de chez Foursquare, mais cette fois-ci en brut de fût. Que du bonheur en perspective.

Au nez, les esters sont puissants et prennent bien le nez. Il y a directement une belle aromatique sur le caramel, assez gourmande, mais surtout empreint d’une superbe côté iodé. L’iode est bien marqué et même presque salin. C’est accompagné d’un boisé épicé et vert. Il y a un petit côté conifère dans ce boisé. C’est vraiment très épicé et piquant. Il y a de la cannelle, de la coriandre, du girofle et de la réglisse. Il a une petite fraîcheur de sous bois.

En bouche, il est huileux et gras. Les esters sont vraiment puissants et explosent en bouche de façon fracassante. Il est principalement sur un caramel toasté et même sur le café. C’est très chaud. Il y a aussi du fruit à coque, de l’amande amère. Il y a aussi quelques épices comme de la cannelle et surtout une fin de bouche sur forte note de chocolat bien noir qui s’évanouit assez vite.

Un Foursquare que j’ai bien plus apprécié que le premier. Plus il y a de watts, plus cela me plait.

Bielle Premium 2011 54,9°

On fini avec de l’agricole et pas du petit, ce Bielle est une vraie petite pépite.

Au nez, les esters sont d’une grande puissance, j’ai failli me brûler le nez. L’aromatique est puissante et pourtant avec une légère gourmandise sur un mélange de caramel et de banane. Ce qui le rend plus étonnant c’est une aromatique épicée et piquante sur la réglisse et l’anis qui fortement présente. C’est dans ces épices que l’on retrouve un petit côté iodé, léger, mais tout de même présent. Il y a également un petit boisé qui juste donner du caractère aux épices.

En bouche, il est légèrement huileux. Les esters attaquent tout de suite, mais avec tout de même moins de puissance que le nez ne semblait le laisser penser. Ils explosent et emplissent la bouche d’un boisé empreint d’une belle fraîcheur apporté par la canne fraîche. Il y a une petite aromatique sur le caramel, mais il se laisse vite oublier avec un café bien plus fort. On sent également une petite écorce d’orange qui est fuguasse, mais très agréable.

Certainement l’une des plus belles découvertes de la soirée et un rhum que je n’aurai pas l’occasion de goûter à nouveau.

La Favorite 5 ans fût 30 56°

Pour finir cette dégustation, nous avons pu découvrir le fût 30 de la Favorite, issue de l’une des derrières aventures des Frères de la Côte.

Au nez, il est vraiment étonnant et fortement iodé et salin. C’est certainement le rhum des Frères de Côte ayant le plus pris le côté iodé. Les esters sont assez puissants et portent un petit boisé bien épicé. C’est d’une très belle fraîcheur. Malgré qu’il ait 5 ans, il a encore une belle aromatique sur la canne fraîche. C’est bien épicé avec de la coriandre et aussi de l’écorce d’orange. C’est un sacré mélange entre le sucré et le salé.

En bouche, il est huileux, gras et bien rond. Les esters attaquent très vite avec un boisé vif, épicé et encore iodé. Il y a vraiment du peps dans cette bouche. Il y a une petite note de caramel, mais elle passe vite pour laisser la place à une aromatique sur un poivré noir piquant et très frais. Il y a des épices également comme de la coriandre et du thym toujours pour plus de fraîcheur. Une fraîcheur qui devient presque végétale avec la longueur.

C’est certainement avec ce rhum que nous avons tous ressenti le côté iodé qu’il peut y avoir dans les rhums des Frères de la Côte. Un vrai moment de plaisir, j’aurais adoré déguster les 3 fûts. Peut-être une autre fois, je ne désespère pas de pouvoir le faire.

La vraie raison de faire des soirées dégustation

Je vous ai donné de nombreuses raisons de participer à des soirées dégustation, mais je ne vous ai pas encore donné la raison la plus importante.

Le rhum est un alcool assez cher. Il peut être compliqué de se décider à acheter une bouteille sans être sûr qu’elle nous plaise. Je vous ai déjà parlé des samples qui sont un excellent moyen de tester des rhums sans se ruiner.

Vous l’aurez deviné, les soirées de dégustation sont également d’excellents moyens de tester des rhums à moindre coût et même la plupart du temps, c’est plus rentable que l’achat de samples.

Selon les soirées de dégustation auxquelles vous allez participer, vous allez pouvoir déguster entre 4 et 12 rhums. Les prix de ces soirées de dégustation tournent entre 20 et 40 euros. En moyenne, cela revient à 5 euros le rhum testé.

Et en plus vous avez l’occasion de comparer votre ressenti avec d’autres amateurs pour conforter vos appréciations.

Et si vous êtes timide et que vous n’osez pas aller à ces soirées ?

Tout le monde n’a pas la possibilité de se retrouver au milieu de personnes qu’il ne connaît pas sans ressentir aucune pression. J’ai été très timide à une époque et je sais parfaitement ce que l’on peut ressentir au contact de personnes que l’on ne connaît pas. Mais cela ne doit pas vous empêcher de vivre votre passion et pour cela, il y a quelques astuces :

Y aller avec un ami

Cela peut paraître évident, mais on n’a pas toujours l’idée de demander à un ami de nous accompagner à ce genre de soirée. Vous ne savez pas s’il va apprécier la soirée, s’il aime le rhum.

Dites-vous que si c’est un véritable ami, cela lui fera certainement plaisir de passer un bon moment avec vous. Et si vous voulez être sûr de lui donner envie de vous accompagner, vous pouvez lui offrir la place. L’occasion de déguster de l’alcool gratuitement, cela convainc la plupart des hommes?.

S’intégrer de façon furtive

Il n’est pas utile de se forcer à discuter avec les gens. Les soirées de dégustations sont amicales et invitent au partage. Si un groupe de personne semble être intéressant, approchez-vous-en doucement avec votre verre et écoutez ce qu’ils disent du rhum. Comparez vos impressions avec les vôtres.

Une astuce imparable pour s’incruster dans un groupe et d’arriver avec la bouteille que les personnes n’ont pas encore dégustée. Vous servez tout le monde et vous vous êtes naturellement intégré au groupe. Vous pouvez participer à la conversation et à la comparaison de vos impressions.

Le partage, il n’y a que cela de vrai pour se faire des amis dans le rhum.

Préférer les soirées dégustation formelles

Si même avec tous ces conseils, vous ne vous sentez toujours pas prêt à faire des soirées découvertes festives. Je vous recommande alors les soirées de types MasterClass. Le cadre reste souvent assez formel et il n’est pas nécessaire de s’intégrer à un groupe. Vous pouvez simplement profiter des leçons du Master comme si vous étiez seul avec lui. Imaginez un cours particulier avec un passionné du rhum. Dites-vous qu’il se fera un plaisir de vous initier à sa passion (je ne sais pas pourquoi, ces mots prennent une signification étrange dans ma tête après les avoir écrits?).

Je n’ai pas le temps de prendre totalement plaisir

Dans ces soirées de dégustation, les rhums s’enchaînent assez rapidement, en moyenne, toutes les 10 à 15 minutes. Ce n’est pas un délai qui permet de totalement se pencher sur un rhum. Difficile de le laisser s’aérer plus de 15 minutes dans ces conditions. On le boit souvent très vite et donc on n’a pas pris totalement le temps de le laisser s’ouvrir à nos sens.

Je suis dans le même cas. Je trouve que je n’ai pas le temps de me pencher sur les rhums durant ces soirées. Je n’arrive pas à prendre de note de dégustation durant ces soirées.

La première idée que j’ai eue fut d’apporter un ou deux verres complémentaires. Cela me permettait de laisser plus longtemps un rhum s’aérer pendant que j’en dégustais un autre. Mais du coup je me retrouvais en décalage avec les autres amateurs et il m’était difficile de discuter de mes impressions avec eux.

Un autre problème qui ne permet pas de s’investir totalement dans un rhum est justement l’ambiance générale, bruyante, souvent étouffante, il fait chaud quand on est beaucoup dans une petite pièce. Il est difficile d’être soi-même dans les meilleures conditions pour apprécier le rhum.

Personnellement, j’aime me poser dans le calme le plus total pour apprécier un rhum, ce qui est à l’opposée des soirées de dégustation.

La solution à ce problème est simple. Il ne faut pas se prendre la tête. Apprécier naturellement le rhum qui vous est servi dans le temps qui vous est donné. Vous aurez de toute façon amplement le temps de déterminer si vous aimez ou pas le rhum que vous dégustez et si l’idée d’en acheter une bouteille vous semble pertinente ou pas. Si l’idée vous semble pertinente, vous aurez le temps, plus tard, de l’apprécier à sa juste valeur et dans les conditions qui vous sont les plus propices en l’achetant.

Conclusion

J’espère vous avoir convaincu de faire des soirées dégustation. J’en ai beaucoup à mon effectif, plus d’une douzaine et je ne m’en lasse pas. J’ai encore fait une dégustation avec Rhum Attitude le temps d’écrire cet article. Je suis à un rythme de 1 à 2 soirées dégustation par mois et c’est un rythme qui me convient très bien. J’ai eu l’occasion de faire de superbe découverte lors de ces soirées et parfois des rhums que je n’aurais peut-être plus l’occasion de déguster à nouveau.

En région parisienne, c’est assez facile de faire des soirées dégustation, il y en a régulièrement. En province, c’est un peu plus difficile, mais il y en a tout de même. Soyez à l’affût des propositions de soirées que font les cavistes.

Ce sont toujours de belles soirées riches de découvertes et surtout de partage.

Un rhum partagé est un plaisir décuplé.

N’oubliez pas, l’abus d’alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.

Rhumamicalement,

Régis

Spread the love

2 Comments

  1. Hervé

    Chouette article sur toutes les bonnes raisons et le plaisir de partager nos impressions de dégustation. Pour la province c’est un peu moins facile de trouver des degustations, sauf dans le Grand Est et tous les mois sur Strasbourg. Globalement c’est aussi l’intérêt de rejoindre un rhum club, il y en a un peu partout en métropole. Le rhum c’est la convivialité !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Fatal error: Uncaught JSMin_UnterminatedStringException: JSMin: Unterminated String at byte 496: ";path=<br /> in /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php:214 Stack trace: #0 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php(152): JSMin->action(1) #1 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php(86): JSMin->min() #2 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/autoptimizeSpeedupper.php(38): JSMin::minify('try{\n (funct...') #3 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/class-wp-hook.php(303): autoptimizeSpeedupper->js_snippetcacher('try{\n (funct...', '') #4 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/plugin.php(189): WP_Hook->apply_filters('try{\n (funct...', Array) #5 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/autoptimizeScripts.php(538): apply_filters('autoptimize_js_...', 'try{\n (funct...', '') #6 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/autoptimizeMain.php(534): autoptimizeScripts->minify() #7 [internal function]: autoptimizeMain->end_buffering('<!doctype html>...', 9) #8 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/functions.php(5109): ob_end_flush() #9 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/class-wp-hook.php(303): wp_ob_end_flush_all('') #10 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/class-wp-hook.php(327): WP_Hook->apply_filters('', Array) #11 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/plugin.php(470): WP_Hook->do_action(Array) #12 /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-includes/load.php(1097): do_action('shutdown') #13 [internal function]: shutdown_action_hook() #14 {main} thrown in /homepages/2/d206461179/htdocs/sites/rhum/wp-content/plugins/autoptimize/classes/external/php/jsmin.php on line 214